Presse

User Rating: 0 / 5

User Rating: 0 / 5

Source : https://c.lalsace.fr/haut-rhin/2018/10/18/ricoh-le-nombre-de-departs-contraints-reduit-a-113

 

Ricoh : le nombre de départs contraints réduit à 113

Mardi, la direction et les organisations syndicales de Ricoh France Industrie, à Wettolsheim, se sont accordées sur l’avenir de la société, au terme de 22 réunions. Le projet final devrait permettre de limiter à 113 le nombre de licenciements.

Aujourd'hui 05:00 par M. F. 
 
 

Cet accord majoritaire a été accepté à l’unanimité par le comité d’entreprise. Les cinq organisations syndicales (CFDT, CGT, CFE-CGC, FO, Unsa) l’ont signé. Le texte porte sur les modalités de transformation de l’entreprise qui, dans un souci de pérennisation du site, visent à recentrer l’activité sur les « secteurs d’avenir à fort potentiel » , à savoir la production de papier thermique et le recyclage.

Confrontée aux difficultés du marché de l’impression dues à la révolution digitale et à la baisse des coûts d’impression des entreprises et des administrations, la direction a décidé d’arrêter l’activité toner (l’encre en poudre destinée aux copieurs).

« De très bonnes mesures »

D’ici à la fin de l’année, 248 postes seront ainsi supprimés, sur un effectif total de plus de 900 personnes dont une centaine d’intérimaires. La transformation de l’usine, qui sera engagée progressivement à partir de janvier prochain, entraînera également douze modifications et 28 créations de postes. Si l’on tient compte des reclassements internes, les départs contraints pourraient ne concerner que 113 personnes.

Les 22 réunions organisées ont permis de définir les modalités et le calendrier de l’examen du projet. Elles ont aussi porté sur les mesures d’accompagnement des employés touchés par les suppressions de postes et sur les critères d’ordre pour la détermination de ces salariés.

L’objectif de cet accord vise à limiter le nombre de licenciements contraints, à privilégier les départs volontaires et à proposer aux partants les mesures les plus favorables à leur reconversion. Ces derniers ont jusqu’au 9 novembre pour exprimer leur demande. Cet accord doit encore être validé par les services de l’État, par le biais de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi).

« Pour éponger la casse, on a fait ce qu’il fallait , estime Olivier Delacourt, délégué CFDT et porte-parole de l’intersyndicale. La période de volontariat est ouverte. Si les volontaires sont nombreux, cela permettra de réduire les dégâts. L’enjeu, c’est d’avoir le minimum de départs contraints. On pourra faire le bilan en décembre. »

Le responsable syndical considère que l’accord comporte de « très bonnes mesures ». Selon lui, les salariés sont satisfaits. « Ils nous disent qu’on s’est bien battus… » 

User Rating: 0 / 5

 

source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/ricoh-wettolsheim-accord-syndicats-direction-fait-chuter-licenciements-248-annonces-204-maximum-1560362.html

 

Ricoh à Wettolsheim : un accord syndicats-direction fait chuter les licenciements de 248 à 204 maximum

Le groupe de matériel bureautique Ricoh, basé à Wettolsheim dans le Haut-Rhin, va licencier moins de personnel qu'annoncé. Un accord syndicats-direction a été signé ce matin: le nombre maximum de départs est désormais fixé à 204. Le porte-parole de l'intersyndicale nous explique.

Par Catherine Munsch 

"En réalité, le nombre de départs réels de l'entreprise Ricoh de Wettolsheim va dépendre de combien de personnes vont partir à l'amiable" explique Olivier Delacourt, porte-parole de l'intersyndicale. Suite à l'accord signé ce matin entre les cinq syndicats principaux et la direction, le nombre pourrait être encore bien inférieur aux 204 postes maximum évoqués.

La période de départs volontaires s'ouvre maintenant et se terminera le 9 octobre novembre. Il s'agit d'un temps où les volontaires soumettent leur dossier de projet de départ. Car n'est pas indemnisé qui veut. "Il faut présenter un projet validé par l'employeur. Cela sera peut-être une retraite anticipée, un CDI ailleurs, une création, reprise ou extension d'entreprise." Bref, seuls les projets qui obtiendront le feu vert permettront à leur concepteur de prétendre à la rupture à l'amiable pour motif économique. Autrement dit à avoir accès au sésame des indemnités. 


Ceux qui ne pourront en aucun cas rester

D'autres, sans projets de ce type cette fois, partiront aussi, mais parce qu'ils n'ont n'aura pas la capacité physique de rester. La suppression de deux ateliers bien particuliers va forcément générer des départs. "On y avait installé des postes aménagés pour les personnes qui ont fait trente ans de travail à la chaîne d'assemblage et qui ont le dos cassé. Ceux-là ne pourront pas être déclarés aptes à travailler sur un nouveau poste où ils auront 25 kilos à porter. Seulement quand tous ces cas auront été étudiés, on connaîtra le chiffre réel des départs."


Un plan social bien négocié

Le catalogue d'accompagnement des mesures est paru ce matin. Y figure les sommes attribuées aux départs volontaires. C'est ce qui va en fait déclencher le nombre de départs volontaires. Et a priori, ce cahier est plein de "bonnes mesures d'accompagnement". "Un salarié qui a trente ans d'ancienneté va toucher dans les 100 000 euros ou plus, sans oublier d'autres indemnités. Apparemment le point d'information conseil de l'entreprise est débordé, tout le monde veut partir" dit le syndicaliste, en précisant que "si ce plan social a été aussi bien négocié, c'est grâce à la mobilisation des syndicats et des salariés." L'Etat des lieux exact sera connu décembre, on ne saura qu'à ce moment-là combien de salariés quitteront vraiment l'entreprise...et combien seront prêts à rester pour continuer à la faire tourner.

User Rating: 0 / 5

Source : https://c.dna.fr/social/2018/09/08/le-travail-a-repris-chez-ricoh

 

Le travail a repris chez Ricoh

 

Le mouvement de grève entamé chez Ricoh Industrie France a pris fin jeudi, vers 18 h. L’accès à l’usine a été rouvert à la circulation.

L’ensemble du site de Wettolsheim avait débrayé alors que des négociations ont lieu en ce moment entre la direction et les organisations syndicales autour du projet de transformation de l’entreprise. Il s’agit pour la société de trouver le moyen de se pérenniser en se recentrant sur l’activité papier thermique et le recyclage. La restructuration prévoit la suppression de 248 postes sur 900 et l’arrêt de l’activité toner.

Un accord a été trouvé sur les mesures d’accompagnement du projet et les salariés ont progressivement repris le travail à 21 h.

Les deux parties ont réussi à s’entendre sur les modalités du congé de reclassement, les indemnités de licenciement ainsi que sur les retraites. Les délégués syndicaux ont aussi obtenu le paiement des heures de grève pour les personnes embauchées comme pour les intérimaires.

Les négociations sur le plan de sauvegarde de l’emploi reprendront dès la semaine prochaine. Les discussions porteront entre autres sur le reclassement interne et externe et sur le plan de formation. Il s’agit également de déterminer qui, parmi le personnel, est touché par la suppression de postes.

User Rating: 0 / 5

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/emissions/jt-1920-alsace

 

User Rating: 0 / 5

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/accord-ete-trouve-ricoh-wettolsheim-1536778.html

 

La direction et les organisations syndicales de Ricoh Industrie France ont annoncé ce jeudi soir qu'ils avaient trouvé un accord sur les mesures d’accompagnement du projet de transformation de l’usine de Wettolsheim, dans le Haut-Rhin.
Par Judith Jung 

 
Un accord a été annoncé conjointement par la direction et les syndicats, ce jeudi 6 septembre. Il met un terme au blocage de l’usine spécialisée dans la production de copieurs numériques et de papiers thermiques. Un blocage qui avait débuté lundi 3 septembre.
 
La direction annonce que les activités de l'entreprise reprendront progressivement dans les prochaines heures. Pour rappel, les salariés de Ricoh bloquaient leur usine pour dénoncer des négociations qui n'avançaient pas autour du plan social annoncé : près de 250 emplois sont menacés.